Morocco

Echangeur n°8 En route pour l’école avec Yves BOUNEOU

EN ROUTE POUR L’ECOLE ?

« En route pour l’école » a été créé en 2010 dans le cadre de Colas Life, le mécénat de solidarité de Colas. Il est mené en partenariat avec la Fondation GoodPlanet, créée par le photographe Yann Arthus-Bertrand.

Ce programme d’aide à l’éducation financé par Colas concerne six pays où le Groupe est implanté : le Togo, la Croatie, le Vietnam, le Maroc, la France et les Etats-Unis. Cette action internationale a pour but d’améliorer l’accès à l’éducation pour les enfants défavorisés. Elle prend la forme de missions définies spécifiquement pour chaque pays en s’appuyant sur une filiale locale, une association humanitaire œuvrant dans le pays et un duo composé d’un collaborateur et de son enfant, qui témoignent et font vivre le projet dans la durée.

La quatrième étape a eu lieu au Maroc : Yves BOUNEOU, collaborateur d’Aximum Sud-Est, et sa fille Léa y ont participé…

LE PROJET : la construction d’une école bioclimatique

De juillet 2011 à juin 2012, Colas et la Fondation GoodPlanet ont pilotéun projet de construction d’une école bioclimatique dans le Haut-Atlas marocain où les conditions climatiques sont des plus arides. Leur choix s’est porté sur l’école de Tiriguioute, à Skoura située à 40 km de Ouarzazate. Particulièrement délabrée, celle-ci offrait un cadre pédagogique inadapté aux écoliers, contraints d’étudier dans des locaux inconfortables, sous des températures extrêmes, été comme hiver.

Le projet s’est articulé autour de la construction de plusieurs bâtiments en terre crue, selon le savoir-faire traditionnel local. Le principe : des briques sont élaborées à partir d’un savant dosage de terre, de paille et d’eau, puis « séchées des quatre faces », Du bois et de la pierre ont aussi été utilisés. Grâce à un système de ventilation naturelle et d’orientation des bâtiments, un confort thermique et acoustique total est garanti à l’intérieur des salles. . Ces constructions s’accompagnent de l’arborisation du lieu et d’équipements en matériel para-scolaire, ludique et d’infrastructure.

Un terrain de sport a été réalisé dans l’enceinte de l’école par LRM, filiale marocaine de Colas. Enfin, des sanitaires fonctionnels, inexistants dans la première école, ont été installés.

INTERVIEW D’YVES ET LEA BOUNEOU

  • Partie n°1 : avant de partir….

Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Yves Bounéou et voici ma fille Léa, âgée de 16 ans. Je travaille au sein du groupe Colas depuis plus de 23 ans. Aujourd’hui, j’occupe le poste de Chef d’Exploitation chez Aximum Sud-Est.

Qu’est-ce qui vous a sensibilisé et motivé à vous investir dans une action humanitaire ?

Durant ma carrière, j’ai eu l’opportunité de travailler au Maroc, en expatriation, avec ma famille. Ces trois années passées dans ce pays m’ont fait prendre conscience que tout le monde ne bénéficie pas des mêmes chances, suivant l’endroit où il naît. J’ai découvert un pays avec une culture différente, un pays contrasté dans lequel la modernité côtoie l’archaïsme, la grande richesse côtoie l’extrême pauvreté.

Notre famille a été touchée par les témoignages des personnes rencontrées dans les villages ou dans les grandes villes, et qui souhaitent toutes que leurs enfants puissent aller à l’école afin d’avoir une vie meilleure que la leur. Elles sont prêtes à tous les sacrifices pour ça.

En visitant ce pays, en voyant le manque de moyens des familles pour instruire leurs enfants, l’idée m’est venue de participer à un projet associatif. Il est vrai qu’il existe plusieurs associations au Maroc mais mon manque de temps ne m’a pas permis de m’y consacrer. Durant notre séjour, mon épouse est devenue membre d’une association aidant les brodeuses des environs de Fès à vendre leurs travaux et à améliorer ainsi leur cadre de vie, en achetant par exemple, une gazinière, un réfrigérateur et en ayant accès aux soins médicaux. Son enthousiasme à aider ces personnes et le bien-être que cela lui a apporté et qu’elle a apporté m’ont donné envie de m’engager dans une action humanitaire.

Oui, mais comment s’y prendre ? Comment faire ?

Lorsque je suis revenu en France, j’ai découvert le site "En route pour l’école". J’ai lu le témoignage de Jean-Pierre Demollière (un ancien collègue de travail) et cela m’a incité à postuler avec ma fille. Le hasard nous a conduits au Maroc, ce qui nous touche d’autant plus.

J’ai le sentiment qu’en participant à cette mission, nous allons vivre des moments forts qui nous permettront de nous sentir mieux dans notre vie de tous les jours. Et nous n’avons pas envie d’en rester là ! Nous souhaitons que ce projet soit un succès, qu’il puisse être "dupliqué" dans d’autres villages du Maroc. Nous avons déjà décidé que nous allions continuer à participer à ce genre d’action, en sensibilisant notre entourage.

Léa et moi sommes dans l’attente du programme pour cette mission. Nous sommes impatients, et en même temps, anxieux. Nous avons envie de rencontrer tous les acteurs de ce projet ainsi que les enfants pour leur montrer notre détermination. Nous ne voulons pas être seulement des parrains, ou des témoins, mais des acteurs pour que ce programme puisse donner de l’espoir aux familles, que leurs enfants aient la chance de savoir lire, écrire et apprendre, afin de leur permettre d’avoir une vie meilleure.

Léa, que penses-tu de ce projet ? Quelles sont tes motivations ?

Je souhaite travailler dans les métiers de l’aide à la personne, alors prendre part à cette mission humanitaire pour permettre à de nombreux enfants de pouvoir aller à l’école est une chance pour moi. J’espère que ma contribution permettra à ce projet de tenir toutes ses promesses afin que ces enfants puissent étudier dans de bonnes conditions.


Le chantier a duré un peu plus de 5 mois (24/01 au 13/07), a mobilisé entre 8 à 16 personnes selon les travaux. Des techniques modernes (équipe Colas) et traditionnelles (des maâlems (maçons)…), ont été utilisées pour réaliser l’école et ses bâtiments (bibliothèque, salle des professeurs, sanitaires), à la plus grande fierté des habitants de Tiriguioute.

Retrouvez tous les acteurs, les images de la construction et des témoignages sur www.enroutepourlecole.com.


INTERVIEW D’YVES ET LEA BOUNEOU

  • Partie n°2 : une fois revenus…

Que ressent-on lorsque l’on s’est investi dans un tel projet ?

C’est assez complexe ! Au début, quand on se lance, on est content ! Puis arrivent l’angoisse et les questions : qu’attend-on de nous ? Va-t-on être à la hauteur ? En plus, connaissant le Maroc pour y avoir vécu, nous voulions y retourner et aider…réellement ! C’est-à-dire ne pas être « juste » des parrains mais être dans l’action et ne pas décevoir la population. Par ailleurs, nous voulions pouvoir continuer au-delà de la construction, que notre action ne soit pas un épisode ou une action de communication mais une réelle « construction »…durable. Avant le départ, j’étais en partie rassuré par mon collègue Jean- Pierre Demolliere qui m’avait affirmé qu’il était possible de poursuivre son action.

Justement quelle a été votre action sur place ?

Sur place, nous avons eu un rôle de… « superviseur » puisque nous devions veiller au respect du cahier des charges du projet. Mais tout n’est pas fini ! Avec Léa, nous souhaitons continuer à les aider en veillant par exemple à ce que l’école soit entretenue par les villageois.

L’école a été inaugurée le 7 juin dernier en présence de collaborateurs du groupe Colas, de personnalités comme le gouverneur de la Province de Ouarzazate ou de Yann Arthus-Bertrand …quelle atmosphère régnait-il ?

Grandiose ! Après quelques contretemps à cause des colis de fournitures scolaires bloqués aux douanes (ndlr trousses garnies), nous sommes arrivés à l’école où nous avons été surpris… et touchés : les villageois avaient organisé une immense fête avec des groupes folkloriques, des tentes berbères, des discours d’enfants et d’adultes… Ces gens se sont mis en quatre pour nous recevoir alors qu’ils ont peu de moyens. Pour eux, c’est une façon de nous montrer qu’ils sont contents, reconnaissants et à quel point le projet est important pour eux. Nous n’en doutions pourtant pas : ils s’étaient engagés à ce que les travaux soient finis… Ce fut le cas ; et le projet a remporté l’adhésion de tous. Deux aspects qu’il est pourtant bien difficile d’obtenir habituellement au Maroc !

Quels sont vos plus beaux souvenirs ?

L’inauguration c’est certain !

Mais aussi les enfants dans la cour qui nous suivaient et qui faisaient l’effort de parler en français pour nous témoigner leur reconnaissance et nous dire des mots gentils.

Il y a également les échanges avec l’équipe qui suit le projet, ou avec la population et surtout les femmes car on a réussi à les faire participer au projet. C’était des échanges chargés en émotions …. En fait, la mission dans son ensemble en a été chargée ! On se sent utile et cela fait du bien. En fait, on est un peu égoïstes quand on part pour aider car on sait qu’on fera du bien…et qu’on se fera du bien ! C’est une véritable thérapie ! (rires)

Pouvez-vous revenir sur un autre moment fort en émotions de votre aventure ?

La mission entière a été source d’émotions, mais ce moment de partage avec ma fille m’a permis de mieux la connaître. Nous avons maintenant un projet en commun, des souvenirs en commun…

Il semble que vous avez vraiment pris à cœur cette mission au point de la poursuivre avec la création d’une association locale dont vous avez été nommé Président. Pouvez-vous nous en dire plus ? Comment peut-on vous aider ?

Effectivement, nous avons créé une association au Maroc. Pour l’instant, les personnes peuvent envoyer leurs dons de fournitures scolaires, de livres (même d’occasion !) à Aximum Sud-Est « ProjetEnroute pour l’école ! » ZI Nord impasse Denis Papin 13340 ROGNAC. Nous sommes en train de créer une association en France afin que les personnes puissent faire des dons. Même de petites sommes seront les bienvenues : 5€ permet d’équiper un enfant d’une trousse garnie, 15€ d’un cartable avec des cahiers. Pour se tenir informé, il suffit de nous rendre visite sur notre page : www.facebook.com/Tiriguioute qui relate l’avancement du projet grâce à Virginie, l’architecte qui est toujours sur place et veille au bon déroulement de la construction de l’école maternelle (ndlr ce bâtiment n’était pas prévu initialement dans le projet).

Le saviez-vous ?

Retrouvez toutes les infos sur « En route pour l’école » et des vidéos de la construction de l’école à Tiriguioute, des témoignages sur www.enroutepourlecole.com !

Returning to Tiriguioute

The project patron, Yves Bouneou of Aximum, returned to (...)

Read more

A new school springs forth from the mud!

Wednesday, September 12 was the first day of class at (...)

Read more

Time to celebrate in Tiriguioute

The entire Douar community came together on Thursday (...)

Read more

A new School in Tiriguioute

A new school springs forth from the mud! "On the Road (...)

Read more

A new school in Tiriguioute Part 2



Read more

A new school in Tiriguioute Part 3



Read more

A new school in Tiriguioute Part 4



Read more

A new school in Tiriguioute Part 5



Read more

The project : build a bioclimatic school in skoura



Read more